Synthèse

D’abord, rappelons que notre responsabilité incessante en tant qu’intellectuel ou citoyen est de nous rapporter aux « faits » : Écouter les opinions qui s’expriment, s’efforcer de les comprendre, voir les positions qui se dégagent et reconstituer l’argumentation qui les sous-tend.
Dans ce cas-ci :

Les arguments…

… des cyber-enthousiaste

  1. Les TICs nous font faire un bond de géant vers l’avant.
  2. L’instanéité et l’aspect globalisé des échanges favorise la démocratie (cf. Printemps érable).
  3. Les interfaces conviviales donnent accès à des services aux personnes les plus démunies (incapables de lire les formulaires, – papier complexe).
  4. Le courriel et les textes font que les gens aujourd’hui écrivent plus que jamais.
  5. Surtout accès généralisé à la connaissance.

… des techno-sceptiques

  1. La séduction des gadgets technologiques nous précipite dans une déshumanisation sans précédent.
  2. Le contrôle des médias électroniques permet la manipulation de masse par les dictateurs que sont les corporations détentrices des moyens de communication en question.
  3. L’analphabétisme n’est pas vaincu et on en rajoute avec l’analphabétisme informatique des gens qui ne sont pas capables d’entrer en relation étant devenues dépendantes des courriels et des textos.
  4. La connaissance est appropriée par des propriétaires des moyens dont nous devenons dépendants pour y accéder.

Les erreurs communes à ces deux groupes

Pas de saut quantique
Contrairement à leur croyance commune, il n’est pas démontré qu’il y aura un « saut » dans une autre dimensions ‘virtuelle’, comme si l’univers numérique était hors du monde réel.
En fait, le numérique signifierait seulement une nouvelle manière de nous représenter le monde.
Pas de libération ni de servitude automatique
Ils ont la même impression déraisonnable que la technologie peut décider du sort de l’humanité, soit la libérer dans le cas des cyber-enthousiastes soit l’asservir dans le cas des techno-sceptiques.
L’éducation n’est pas anéantie ni sauvée par les TICs
Si intégré intelligemment au système d’éducation des TICs ne sont pas délétères en elles-mêmes. Elles peuvent aider à surmonter l’analphabétisme en rendant la lecture intéressante (dynamique).
Le paradoxe de la popularité croissante de l’écrit dans un contexte qui nous rapproche des paramètres des sociétés vivant suivant une tradition orale
C’est un paradoxe en effet que cette technologie censée nous renvoyer au village global, dans un état proche de l’oralité (cf. les théories de Marshall McLuhan à cet égard) nous amène à lire et à écrire plus que jamais …
Ne devrait-on pas nous en réjouir ?
Mais la domination de l’écrit semble devoir être remplacée par une nouvelle forme de médiation, plus ‘réactive’, puisque les jeunes d’aujourd’hui ont de plus en plus de mal à se passer de stimulation audio-visuelles et bientôt, peut-on imaginer, ‘olfactives’ etc.
Les connaissances ne se portent pas plus mal, mais du chemin reste à faire
Pour ce qui est des connaissances, il est clair que c’est un bienfait pour l’humanité de pouvoir y accéder. Mais cela n’empêche pas qu’il faut veiller à se prémunir contre les effets pervers que cela pourrait entraîner (monopoles, exploitation des connaissances à des fins mercantiles, ou pire…).

Advertisements

Une réflexion sur “Synthèse

  1. Pingback: Développement - Inter-edit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s